Passar para o Conteúdo Principal Top

interiorVisite-min

Territoire du Parc naturel de Bouhachem

Situé au Nord du Maroc, à l’intersection des provinces de Tétouan, Larache et Chefchaouen, le parc naturel de Bouhachem couvre un territoire de 105 470 ha, englobant les six communes rurales situées autour du Jbel Bouhachem :

  • Dardara, Laghdir et Tanakoub à la Province de Chefchaouen sur une superficie de 44.720ha ;
  • Al-Oued et Beni Leit à la Province de Tétouan ;
  • Tazrout à la Province de Larache.

Le massif forestier de Bouhachem reçoit d’importantes précipitations pouvant atteindre 2.000mm/an, ce qui le classe parmi les zones les plus arrosées du Maroc. Il est donc marqué par un climat méditerranéen et une topographie accidentée, à savoir des cimes de montagnes culminant jusqu’à 1.603m d’altitude pour le Jbel Soukna et 1.658m d’altitude pour le Jbel Bouhachem. Ainsi, ce territoire accueille une biocénose très diversifiée et représentative de la faune et la flore du Rif occidental. 

 

Ce parc compte parmi les formations forestières les plus belles du Maroc qui s’étendent sur près de 33.000 ha de forêt. Il abrite également entre autre un Site d’Intérêt Biologique et Ecologique (SIBE), zone à intérêt bioécologique de priorité 1. C’est la zone du parc la plus importante d’un point de vue richesses naturelles. Elle couvre une superficie d’environ 8.000 ha et traverse les trois provinces, Chefchaouen en grande partie. 

Ce parc englobe un patrimoine forestier diversifié et représentatif de la région biogéographique. Parmi les espèces omniprésentes dans ce parc, on cite : 

  • Zénaie (Quercus faginea) ;
  • Tauzaie (Quercus pyrénaica) ;
  • Subéraie (Quercus suber) ;
  • Pinède (Pinus pinaster ssp. Maghrebina) ;
  • Cédraie (Cedrus atlantica) ;
  • Un ensemble de plantes aromatiques et médicinales telles que la lavande (Lavandula steochas), la menthe pouliot (Mentha pulgium), etc.

La zoocénose de Bouhachem est constituée de 34 espèces de mammifères, dont deux se sont éteintes (Panthère et Hyène).Désormais 11 sont rares ou menacées parmi lesquelles le singe magot (Maccaca sylvanus), le porc-épic (Hystix cristata), la musaraigne musette (Crocidura russula), etc. Ce SIBE est très riche en amphibiens puisque l’on trouve 9 des 11 espèces marocaines dont 6 espèces endémiques. 

L’avifaune du SIBE est très riche en espèces, sur les 99 présentes 33 sont endémiques, c’est-à-dire rares ou menacées. Parmi elles, le milan royal (Milvus milvus) et l’aigle royale (Agila gentilus) ont été recensés. 

Quant à l’herpéthofaune de la zone, elle est remarquable par le nombre des espèces de reptiles, sur 29 on trouve 16 rares ou menacées, telles que la tortue mauresque (Testudo graeca), la couleuvre à collier (Natrix natrix astroptophora). Ajoutons à ceux-ci, les amphibiens qui connaissent un taux d’endémisme élevé : 11 espèces endémiques comme la salamandre tachetée (Salamandra salamandra algira) et le crapaud accoucheur (Alytes obstétricons maurus).  

La grande tribu des Akhmas constitue le substrat du peuplement de cette zone de Bouhachem, au niveau de la province de Chefchaouen. Cette tribu est reconnue par la diversité de son patrimoine culturel religieux, à savoir les zawiyas et les saints.  Elle se distingue également par son patrimoine vestimentaire, ses particularités linguistiques, les techniques architecturales, les pratiques et les outils agricoles. Le mausolée de Moulay Abdeslam situé à la commune rurale de Tazroute (province de Larache), constitue l’emblème de la sainteté locale, voir même nationale, car il accueille régulièrement des pèlerins venus de tous les coins du Maroc.